Ecrire sans juger

Avatar du membre
DraikoPinpix
Messages : 876
Enregistré le : 06 sept. 2019, 17:20
Localisation : Synoradel
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par DraikoPinpix »

Merci pour vos réponses, les gens :)

Aux dernières nouvelles, j'ai reçu mon nouvel ordi portable et j'écris dans mon lit. Du coup, je n'ai plus cette sale manie de me critiquer, c'est chouette. Je sais que je fais des erreurs pendant la rédaction du premier jet, mais je continue en me disant que j'y reviendrai après l'avoir terminé. Après, oui, il y a beaucoup de cogitation beaucoup l'écriture ("ça va le faire ?", "il n'y aura pas trop d'incohérences ?", "est-ce que mon plan est bien fait et suis-je capable de le suivre ?"). Mais bon, l'avenir me le dira.

Avatar du membre
Pluma Atramenta
Messages : 268
Enregistré le : 06 juin 2020, 17:25
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par Pluma Atramenta »

Que la force et le courage soit avec toi, [mention]DraikoPinpix[/mention] ! <3

Avatar du membre
Fannie
Messages : 4319
Enregistré le : 07 janv. 2018, 14:04
Localisation : Un îlot au milieu de l'Europe
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par Fannie »

C'est normal d'avoir ce genre de doutes. Mais c’est bien que tu arrives à écrire sans juger ou dénigrer ce que tu fais au fur et à mesure. Un nouvel ordi, ça peut être stimulant. Continue sur cette belle lancée. :)

Avatar du membre
El
Messages : 672
Enregistré le : 24 juil. 2019, 14:27
Localisation : 3ème porte, à gauche
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par El »

Je m'excuse par avance pour les probables fautes que je vais faire, comme il est tard je suis un peu fatiguée.
Le côté écriture d'escargot et vouloir choisir les bons mots, je connais. Je n'aime pas trop (voire pas du tout du tout) faire des grosses relectures où je dois presque tout modifier parce que je n'ai pas pris le temps sur le premier jet. Plus que du jugement, c'est une certaine exigence que je me mets à moi-même, car je sais très bien que si je n'aime pas ce que j'ai écrit, jamais je ne le reprendrais (pensée à cette histoire avec des pirates qui est, avec le recul, toute caca, et que je ne finirai jamais). Je me connais. Alors si ça me fait passer trouze milles heure sur ce seul chapitre... soit, ça va m'énerver, mais je me dis toujours que c'est histoire de moment : je n'y arrive pas maintenant, c'est pas grave, ça va venir, le moment où les conditions seront favorables (une ref au p'tit prince, éwé).
Quand au lieu, c'est le plus souvent à mon bureau tout encombré en face de la fenêtre, mais plus pour un souci pratique : j'ai régulièrement besoin des cartes, du plan de ma partie 1, et des textes épars que j'ai scotché sur ma fenêtre. Quand je n'en ai pas besoin, j'écris soit sur le bureau (parce que ma chaise est vieille, bancale et tordue, mais qu'est-ce qu'elle est confort) soit dans mon lit avec tout plein de coussins. Mais plus que le lieu, c'est le moment qui importe dans ma manière d'écrire. Et le moment, c'est souvent le soir, de préférence tard, les jours où je me suis levé tôt ou ceux où je comptais me coucher tôt :p Autant dire que les nuits de l'écriture sont une aubaine pour moi, et que c'est dommage qu'il n'y en ai pas eu ce soir !

Je m'excuse pour ce pavé où il manque peut-être des lettres (certaines touches de mon clavier sont difficiles) et où il y a peut-être des fautes aberrantes. J'ai essayé de limiter les dégâts en me relisant régulièrement.

Avatar du membre
DraikoPinpix
Messages : 876
Enregistré le : 06 sept. 2019, 17:20
Localisation : Synoradel
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par DraikoPinpix »

Merci les gens <3

[mention]El[/mention] De même, j'ai un tas de trucs ouverts sur mon ordi pour bien me repérer dans ce que je fais (plan, descriptions des races et des mondes, flore et faune. J'ai presque dix fenêtres d'ouvertes XD. Niveau moment, je suis plus de l'après-midi.

Avatar du membre
Soah
Modératrice
Messages : 545
Enregistré le : 31 oct. 2018, 14:49
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par Soah »

Je pense que le doute et le questionnement fait partit intégrante de l'écriture. Il y a des jours où l'on ne va trouver rien à redire ou presque à nos écrits lorsque d'autres seront beaucoup plus difficile.
Outre essayer de cultiver de l'indulgence vis-à-vis de soi même (parce qu'il est très facile de ne voir que les réussites des autres sans considérer leurs échecs/brouillons etc, qu'ils ne montrent pas au grand jour.) le lâcher prise est - selon moi - important. La perfection n'existe pas : je suis certaine de pouvoir trouver dans certains livres/récits que j'adore des passages que je ne trouve pas spécialement bon voir même en dessous de ceux qui justement brillent de qualité. Cependant tout est améliorable.

Personnellement, je n'aime pas faire de grosses corrections. Je n'aime pas passer plusieurs fois sur mon texte - même si je suis de ceux qui font pousser des bégonias - de ce fait j'essaie toujours d'avoir le moins de modifications nécessaires dans mes écrits. Cependant, je me sais capable de réécrire, retirer (tronçonner) , modifier des chapitres entiers si nécessaire/que l'on me fait certaines remarques.

Parfois, il faut aussi laisser reposer son texte quelques temps pour le redécouvrir et se surprendre.

J'ai également la conviction que tant que l'on est pas en souffrance dans un domaine, tant que l'on trouve du plaisir, l'exercice est toujours beaucoup plus gratifiant et épanouissant. Si l'on cultive un rapport sain avec un domaine artistique, les choses sont tout de suite plus évidentes : la création exacerbe cruellement les problèmes de confiance en soi, notamment. Mais être au courant que l'on est surement trop sévère, trop méchant avec soi-même etc, c'est déjà un pas vers un oeil moins sévère envers soi-même ! :hug:

Avatar du membre
Louis.W
Messages : 58
Enregistré le : 17 juil. 2020, 17:22
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par Louis.W »

Perso je me relis et me juge énormément. Mais comme j'ai mon scénario ficellé avec pas mal d'avance, quand je veux me forcer à écrire, j'écris des grandes lignes.

Le chat monte sur le canapé.
Annabelle arrive dans le salon.
Le chat surpris tombe, Annabelle sursaute.

J'écris quasiment une page comme ça (ou autant que je veux) et ensuite je reviens pour lier les éléments entre eux.

Le chat s'était vautré sur le canapé et, curieuse car elle ne le trouvait nul part, Annabelle prévoyait de jeter son dévolu sur une émission de télé piochée au hasard. Mais au moment où ses jambes passèrent le seuil de la pièce principale, surprise par une boule de poile en chute, elle ne put retenir le cri aigu qui tentait de s'échapper par sa gorge.

Une fois que j'ai fais ça je passe à la suite sans vraiment me relire. Parce que si je me relis je tomberais dans le vice infini, donc je laisse le texte comme il est, et je continue jusqu'à ce que je me dise "il est peut-être temps de retourner voir si j'avais tout bien fait en fait ?"

Voilà... je ne sais pas si ça peut vraiment aidé et désolé pour les fautes et bonne nuit lol.

Avatar du membre
Rachael
Modératrice
Messages : 2367
Enregistré le : 06 janv. 2018, 15:00
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par Rachael »

C'est intéressant ta façon de faire, [mention]Louis.W[/mention].
D'après ce que j'ai compris, Leigh Bardugo (six of crows) écrit un peu de cette manière, mais plus systématiquement : elle fait un scénario/plan détaillé , puis un premier jet très "caca" de tout son manuscrit en 10-12K puis elle réécrit tout de manière "normale".
Bref, je n'ai jamais essayé cette méthode, mais ça donne envie de tester pour voir.

Avatar du membre
DraikoPinpix
Messages : 876
Enregistré le : 06 sept. 2019, 17:20
Localisation : Synoradel
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par DraikoPinpix »

Nos premiers jets sont souvent bofs bofs ^^ Enfin, je sais que certaines personnes postent leur premier jet sur PA. Mais ce que je veux dire, c'est que quand on revient sur notre premier jet, on est en mode "Mon dieu, qu'est-ce que c'est nul ;( " J'écris actuellement le premier jet de mon deuxième roman et c'est vraiment l'impression que ça me fait. Néanmoins, je prends des notes à côté, je me pose des questions. Je sais que beaucoup de choses méritent d'être développées, mais elles se feront au deuxième jet.

Quant au fait de se juger. Perso, je me suis calmée. Je trouve toujours un endroit assez cocon pour me renfermer dans mon univers et me concentrer sur ce que je fais sans avoir l'impression d'être épiée par un juge imaginaire à côté de moi. Oui, il y a des mots qui n'ont pas leur place, oui, il y a des situations qui méritent d'être revues, oui, il y a des personnages qui méritent d'être développés, mais voilà, c'est le principe d'un premier jet.

Avatar du membre
Pamiel
Messages : 106
Enregistré le : 08 janv. 2018, 13:27
Localisation : Sous les voiles des Sorboristes
Contact :

Re: Ecrire sans juger

Message par Pamiel »

Ah, ma hantise... J'ai beaucoup de mal à lâcher prise. J'intellectualise tout, et j'ai tendance à me demander cent fois "est-ce assez bien ? cela va-t-il plaire ?". Les "il faudrait que" et les "je dois" se confondent et me donnent mal à l'estomac.
Je suis toujours en quête de plus.

En plein dans mes corrections, cette fameuse "dernière dernière relecture", j'affronte le doute. Encore et encore. Je fais une pause pour m'aérer l'esprit, j'hésite puis j'y retourne.

Encore.
Je persévère jusqu'à tomber.
Et me relève.

Je lutte contre les doutes et l'envie de tout jeter. Tasser son éditeur intérieur pour laisser la place aux voix des personnages et aux émotions que l'on veut transmettre... C'est difficile au premier jet, terrible à la relecture. Il y a toujours ce gouffre entre mes goûts, la qualité que je souhaite atteindre, et le roman-pas-encore-aussi-bien-que-voulu.

Chaque relecture, de la moindre phrase, amène une volonté de corriger et re-corriger. Ce réflexe aura-t-il une fin ? La sensation de rétropédaler, puissante, me frustre. On me rétorque : "Mais tu veux que ce soit de la qualité." Oui ! Sauf que je n'arrive pas à débarrasser ma peau de ce sentiment de stagner. Je voudrais avancer. Mieux, plus vite. Une seule solution : persévérer.

S'accrocher ligne après ligne, crocheter pierre après pierre, pour gravir cette falaise.
Se concentrer sur cet unique geste.
Sur les mains qui écrivent ou tapent.

Autre élément important : s'entourer d'autres gens qui écrivent. L'écriture est si solitaire... Partager sa passion, ses déboires, ses difficultés, permet de sortir de cette solitude. (Je dis ça, mais avec mes soucis d'anxiété, j'ai souvent été fantôme sur ces communautés...). J'apprécie quand même mon îlot au centre du monde de Plume d'Argent. Mon écriture y est comprise et respectée. Je reçois des encouragements, des critiques constructives.

Malgré toute l'importance que j'accorde à ma solitude, elle n'est complète que lorsque nous y sommes à plusieurs. J'adore me souvenir que je ne suis pas seule dans cet exercice.
J'adore le sentiment de fierté quand l'histoire en ressort, chaque fois, meilleure.

"Rewriting is very painful. The hardest thing in the world is simplicity. And the most fearful thing, too. You have to strip yourself of all your disguises, some of which you didn't know you had. You want to write a sentence as clean as a bone. That is the goal." - James Baldwin.

Une amie m'a dit...
"Tu as le droit d'être faillible
Tu as le droit de tomber
Tu as le droit de faire des erreurs
Tu as même le droit d'échouer

Tu n'as rien a prouver. Tu as le droit d'écrire, vite ou lentement. Tu as le droit de recommencer et même celui d'arrêter.
Tu es la lumière qui fait des rêves merveilleux à l'intérieur et pas cette voix qui te hante.
Tu es une personne formidable que je suis heureuse de connaître, un esprit créatif courageux, une vibration chaleureuse.
Tu n'es pas ce que cette voix te raconte.

Aucune des personnes que tu admires, admireras ou a admiré n'est plus parfaite que toi. Aucune. Tout le monde s'est détesté à un moment. Tout le monde s'est vomi au point de vouloir disparaître.

Tu as le droit d'être qui tu es.

Il n'y a que comme ça qu'on peut progresser dans cette vie : en se trompant pour pouvoir dire "demain, je ferai mieux". Nous sommes tous tombés. Tu n'es pas seule. Le chemin derrière nous est rempli des bosses que nous y avons laissé et de larmes versées. Ceux qui ne se blessent pas ne sont pas meilleurs, c'est juste qu'ils n'avancent plus.

Je te promets que tu souriras encore.
Tout ira bien. Donne toi le temps. Devenir la personne qu'on est vraiment, le héros de sa vie, ça ne se fait pas du jour au lendemain.

Je te promets que cette histoire finit bien, parce que c'est toi qui l'écrit et qu'il ferait beau voir que les ténèbres gagnent, bordel. Les ténèbres perdent toujours à la fin, Laura. Dans toutes les histoires."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités