Voltige

Avatar du membre
Dan
Admine
Messages : 1188
Enregistré le : 27 nov. 2017, 16:52
Contact :

Voltige

Message par Dan »

>-> ![0_1533831511064_Voltige.png](/assets/uploads/files/1533831514079-voltige.png) -> **VOLTIGE** -> :sparkles: :book: :sparkles: -> :sparkles: :boy: :sparkles: <-

**Personnage ? L?envoûteur :** Vous avez du mal à le cerner, vous n?êtes pas tout à fait sûr qu?il soit bon pour votre santé mentale, mais vous percevez un petit quelque chose qui vous pousse à en réclamer davantage. Ensorcelé, déjà ? Il se pourrait bien que son charme ou ses magouilles ne vous laissent pas le choix?

Elia
Messages : 1346
Enregistré le : 06 janv. 2018, 13:38
Contact :

Voltige

Message par Elia »

**Histoire : La Guerre des Ombres, de Mart**
http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=2718
> Dans un monde divisé entre le Bien et le Mal par la chaîne montagneuse des Ombres, Will, jeune orphelin sous la tutelle d'un cruel maître voleur, se bat pour trouver sa place. Celle qui finira par lui revenir et les aventures qui l'y mèneront surpassent de loin ses rêves d'enfant les plus fous.
Pendant qu'il grandit en écumant les rues de Cornude, une petite bourgade au pied des Ombres, les grands du Bien se réunissent à Vallion sur les actions à prendre contre le Mal qui pour la première fois depuis la désormais légendaire Grande Paix remue et semble vouloir s'étendre au nord.
Le drame de la jeune héritière Vallion, Éliane, n'est en rien moins important à ses yeux: l'ennui de grandir et d'être éduquée comme seule descendance de la plus grande maison du Bien. Mais elle se le promet: elle ne vivra pas éternellement dans cet ennui et le choix de son époux sera sien, pas de ses parents!

Ok, j'avoue que j'ai hésité aussi à soumettre la merveilleuse plume de Liné, mais je me suis dit que ce serait sympa de mettre en avant la plume de Mart, qui est très fluide, très agréable et très naturelle. C'est un plaisir de le lire et il me tarde de pouvoir lire la suite de ce récit Lorsque la porte s?ouvrit, il en sortit une large silhouette nimbée de la même lumière accompagnée des éclats de discussions animées et de rires. Soudain la nuit prenait vie. Mais elle mourut l?instant d?après avec le claquement sec du bois froid contre le chambranle.
L?homme s?arrêta le temps de donner à ses yeux le temps de s?accoutumer à l?obscurité. Il descendit ensuite la rue, passant à côté de la petite fille en pleurs en feignant ne pas la remarquer.
Lorsqu?il fut hors de vue, la fillette redressa un instant la tête pour regarder en direction de Will, sans arrêter ses geignements. Le garçon lui fit signe de baisser la tête, il pensait entendre des pas s?approcher de la porte.
Il ne s?était pas trompé ; l?instant d?après la nuit s?illuminait et s?animait de nouveau lorsque la porte céda le passage à une nouvelle silhouette, mieux proportionnée cette fois.

Elia
Messages : 1346
Enregistré le : 06 janv. 2018, 13:38
Contact :

Voltige

Message par Elia »

**Personnage - l'envoûteur L'Eveil, tome 1: Réel de Eresia, Hector Valentine**:
http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=2775
Résumé : *22e siècle, la planète n?en a plus que pour quelques années et il est trop tard pour faire machine arrière. Entre mouvements de population, manque de ressources et soucis climatiques, les Humains essaient tant bien que mal de continuer à vivre en attendant la fin. Parmi eux, Liz roule sa bosse comme elle peut, sans se douter un seul instant qu?elle pourrait être à l?origine de grands changements?*

Mon maître, un antagoniste horrible, froid, cruel, mais j'en redemande sans hésiter.

>? Tu es réveillée, susurra-t-il en lui caressant la joue, et elle se retint très fort pour résister à son envie de le mordre.
Elle se contenta de sourire, docile, enfilant son costume de petite femme parfaite qui était le sien ces derniers temps. Elle ne savait que répondre de toute façon, elle n?avait pas assez d?informations pour essayer quoi que ce soit. Cependant, en le voyant s?éloigner d?elle, elle ne put s?en empêcher.
? Tu ne me détaches pas ? interrogea-t-elle d?une voix qu?elle voulut enjôleuse.
? Non, répondit-il le plus simplement du monde.

Avatar du membre
Isapass
Modératrice
Messages : 5925
Enregistré le : 06 janv. 2018, 14:37
Localisation : Euh... je suis où, là ?
Contact :

Voltige

Message par Isapass »

**Histoire - Guerriers de Liberté de Milyana**
http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=2614
>Certains se battent avec des mots

Découvert par la voix de Luna qui s'y prêtait admirablement, ce superbe poème de Milyana m'a émue autant par son sujet que par la magnifique musique de ses alexandrins. Je ne connais pas bien la poésie mais je prends comme jauge les battements de mon c?ur chaque fois que j'écoute ou que je lis ces vers. Milyana, tu as toute mon admiration.

>Nous n'étions que des noms couchés sur le papier
Liste d'exécution, tous étions condamnés,
Jadis des ennemis, nous devenions des frères
La vie nous rassemblait dans la même misère.

Avatar du membre
Eresia
Messages : 376
Enregistré le : 06 janv. 2018, 17:58
Contact :

Voltige

Message par Eresia »

**[Histoire - A juste titre, de Cliene](http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=2805)**
>**Résumé :** Lise n'a rien des personnages des livres qu?elle dévore avec passion. Le monde réel ? Elle l?observe et le dissèque avec minutie, peinant à s?y faire une place. A chaque trajet, elle imagine la vie des habitués du métro parisien. Quand apparaît cette fascinante voyageuse, penchée chaque soir sur un livre recouvert de papier kraft, elle veut en savoir davantage. Ses recherches vont la conduire au-delà de sa timidité, jusqu?à elle-même.

Découvert au hasard de mes pérégrinations sur les journaux de bords et alléchée par ce résumé, je m'attendais à une nouvelle. Je dois dire que j'ai été agréablement surprise d'y trouver un roman, parce que ça fait toujours plus de jolis mots à lire. Mais comme un extrait vaut mieux qu'un long discours, je vous laisse ça :
>**Extrait :** Si elle ne s?asseyait que très rarement, c?est que la position debout lui offrait un poste d?observation privilégié. Au fil des années, elle avait pris le pli d?étudier discrètement les gens qui l?entouraient : leurs petites manies, leurs expressions, leurs attitudes, ce qu?ils faisaient ou pas pour s?occuper.
>
>Ils lisaient, regardaient leur téléphone ou y parlaient ? fort, en général ? somnolaient, s?endormaient, ronflaient ? fort, de temps en temps ? révisaient fiches et cahiers, écrivaient, gribouillaient, écoutaient de la musique ? fort, bien trop souvent. Sous ses yeux, la rame devenait un échantillon de la société et de ses distractions, un véritable laboratoire de l?espèce humaine, de ses travers à ses passions, de son irrespect à sa galanterie quasi disparue.

Avatar du membre
Eresia
Messages : 376
Enregistré le : 06 janv. 2018, 17:58
Contact :

Voltige

Message par Eresia »

**[Personnage - Rodolphe, du Serpent qui Danse, de Elia2000](http://www.plumedargent.fr/viewstory.ph ... &warning=4)**
> **Résumé :** Isaure Barrera retourne sur son île natale, Millasia, après neuf années d?exil. Jadis nièce de la reine, une malédiction a poussé sa famille à s?entredéchirer, provoquant ainsi la chute de sa dynastie et l?avènement d?un nouveau roi, Rodolphe. Mais avant de retrouver ses terres, il lui faut accomplir un douloureux sacrifice : rencontrer le souverain afin de renoncer à ses prétentions au trône et au reste de son héritage.
>
>La ranc?ur entre les deux est vive. Pour Isaure, il n?est qu?un usurpateur, responsable du massacre de sa famille. Pour Rodolphe, la jeune femme ne représente qu?un nom maudit et une potentielle ennemie.
>
>Cependant, une fois là-bas, Isaure doit refaire face à ses erreurs passées. Malgré sa détermination à mettre un terme à cette longue succession de tragédies qui hantent les derniers survivants de sa famille, il semblerait que d?autres forces complotent dans l?ombre pour les attirer tous vers le néant.

Ahhh Rodolphe. Que dire de lui si ce n'est qu'il est parfait. ? Bon, il a une légère tendance à vouloir tout contrôler, mais ça doit venir de son statut de roi. Sûrement.

> **Extrait :** "Il me faudrait être un dieu pour te manipuler ainsi. Heureusement pour toi, je n?en suis pas un."

Avatar du membre
itchane
Messages : 2050
Enregistré le : 06 janv. 2018, 16:48
Contact :

Voltige

Message par itchane »

**Personnage - [Benedict, dans *Darnley Hall*, d?Eilish](http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=2870)**

> **résumé :** C'est l'histoire d'une gouvernante.

Mais qu?il est bizarre ce Benedict? qu?il est étrange, qu?il est dérangé, qu?il est triste, qu?il est beau, qu'il est seul, qu?il est complètement taré, qu?il est effrayant, flippant, troublant, attirant, pénible, agaçant, louvoyant, touchant. Bref, qu?il est envoûtant ! :snake:

> **extrait :** Mon Dieu, il y avait tant à prendre en considération... Ses vêtements étaient propres et de bonne facture, mais il y avait quelque chose d?incongru de les voir sur lui. Comme si un sauvage avait enfilé des étoffes au petit bonheur. Comme si on avait coupé dans des robes pastel pour faire un habit de garçon. Comme si lui même hésitait à se faire fille ou garçon. Son image était aussi fantasmagorique que les gravures des contes.

Avatar du membre
Mouette
Messages : 714
Enregistré le : 23 avr. 2018, 19:39
Contact :

Voltige

Message par Mouette »

**Histoire - 63/84 jours, de Gueule-de-Loup**
http://www.plumedargent.fr/viewstory.ph ... &chapter=5

> **Résumé** : C'est le premier jour. Comme tous leurs semblables, Nimrod, Dïri, Haéri et Lissarod sortent de leurs gousses dans le grand arbre.
Il reste 84 jours pour accomplir le grand Destin, mais très vite les choses ne se passent pas comme prévu: quels sont ces mots terribles que prononce Lissarod et qui ne font pas parti du Code ? Et qui sont ces grands anciens qui rodent à la périphérie de l'arbre et ne devraient pas exister ?

Traditionnellement, la fantasy, genre qui a le malheur d'être l'enfant de notre époque moderne, n'est pas considérée comme de la littérature. Je pense que *63/84 jours* est la meilleure preuve que ce préjugé est faux. Il s'agit simplement d'une des plus belles plumes que j'ai jamais lues. Gueule-de-Loup est très à son aise dans cette histoire lente et complexe comme l'éclosion d'un bourgeon, dans les profondeurs du multivers qu'elle a imaginé. On découvre donc un récit assez court où toute la poésie tient dans la peinture délicate de ce monde merveilleux où évolue l'intrigue. Mais rien n'est plus parlant qu'un exemple :

> Au-dessus de lui, des fleurs nouvelles avaient remplacé celles qui avaient gelé et des cornus l?observaient de leurs yeux ronds et pénétrants, lovés les uns contre les autres, comme plantés sur des brochettes. Leurs têtes ornées de bois leur donnaient une dignité qui n?était peut-être qu?un leurre.

Avatar du membre
Elka
Messages : 692
Enregistré le : 31 déc. 2017, 16:05
Localisation : Maison Poufsouffle
Contact :

Voltige

Message par Elka »

**Histoire - Moonshine de Danah**
-> http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=2174

Résumé :
La colonisation des planètes du système solaire était une question de survie pour la Première Humanité. La colonisation de leurs lunes, elle, était un accident.

Pour les empathes, télépathes ou clairvoyants qui y prospèrent aujourd'hui grâce au commerce frauduleux d'hydrogène ou au recel de tire-bouchons, ce fut une heureuse erreur. Mais les gouvernements planétiens ne voient pas leurs excentricités d'un bon ?il, et ils pourraient décider de ramener les luniens dans le droit chemin ; si une menace plus grande et plus vaste ne venait pas bientôt bouleverser leurs priorités?

***

J'aurais pu choisir n'importe quelle histoire de Danah, honnêtement. Depuis le début, je suis béate devant son écriture. Elle est belle, innovante et puissante. Ses descriptions sont un délicieux mélange de précision et de poésie. Je ne me lasserai jamais de son écriture, d'autant plus qu'elle ne semble jamais tomber dans une routine d'écriture. Elle cherche à changer, à contourner la monotonie, et ça, ça force l'admiration !
Pourquoi Moonshine du coup ? Parce que sur PA c'est l'histoire avec laquelle elle va le plus loin dans les jeux d'écriture. Luniens et planétiens ne parlent pas pareil, la voix de Bowie est pleine d'expressions bien à lui...
Oui, je bave d'admiration ?

>[...] ils contournèrent le dôme de pierre qui abritait la réception et s'engagèrent dans le réseau d'escaliers et de plate-formes qui liaient les pôles de l'auberge. Bâtie sur le relief escarpé d'une saillie, la pension usait de la hauteur pour se préserver du mouvement des sables. On ne pouvait jamais complètement leur échapper, cela dit, et des cascades de grains fins comme de l'eau coulaient de marche en marche sur leur passage.

Avatar du membre
Rachael
Modératrice
Messages : 2723
Enregistré le : 06 janv. 2018, 15:00
Contact :

Voltige

Message par Rachael »

**Histoire : La Noirceur du Blanc, de Liné**
[C'est ici](http://www.plumedargent.fr/viewstory.php?sid=1542)
Résumé:
>Alors que la "Lente Guerre" fait rage, Rebecca Reden rejoint les rangs des infirmiers du Locus, manoir luxueux et délabré reconverti en hôpital de fortune.
Elle devra surpasser ses peurs maladives et son naturel réservé pour retrouver la trace de sa mère perdue dans la guerre.
Mais le Locus, ses blessés traumatisés et Mrs. Judith, son intendante, barrent la route de la jeune femme. Peu à peu, le Locus se transforme en un théâtre d'ombres, et il se pourrait que Rebecca s'y perde...

J'ai été happée dès les premières lignes par l'écriture magnifique de @Liné, son sens des petits détails, et en même temps la subtilité des sentiments qu'elle décrit. Elle excelle à dépeindre à la fois un décor et l'ambiance qui lui est associé, par le choix des mots, des images et du rythme.
Un petit extrait du tout début, que je ne me lasse pas de relire:
>L?objet était magnifique. Tout petit, tout délicat. Si l?on s?y attardait de très près, on pouvait y percevoir un infinitésimal réseau composé de vis, de boulons, d?écrous, serrés, travaillant les uns contre les autres tels de petites puces regroupées dans un nid d?argent. Le fermoir à photographie n?était quant à lui pas plus large qu?une épingle ; à peine pouvait-on y placer le portrait étriqué d?un visage qui, si on le voulait d?emblée reconnaissable, se devait d?être le plus exact possible. Même l??il bleu de Rebecca n?aurait su s?y immiscer ? quoique ?
Mais il était un détail plus remarquable auquel la jeune femme n?avait pas encore prêté attention : l?étiquette blanche rattachée au médaillon, avec pour seul décor une écriture noire patte-de-mouche indiquant le prix :
-Soixante-dix-huit pièces... ! lut-elle en un murmure interloqué.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité